Sarah Monpetite | la dirección

Algunos hacen sus clases interpretando papeles secundarios en telenovelas, otros dando vueltas a los anuncios publicitarios. Sarah Monpetite comenzó su carrera serializando los primeros papeles en el cine en películas seleccionadas en los festivales más grandes del mundo. Entró por la puerta principal sabiendo muy bien.

Publicado a las 7:00 am

Marcos Cassivi

Marcos Cassivi
Periodismo

“Tuve tanta suerte”, admite la actriz de 21 años, en los titulares. María Chapdelín por Sebastián Bellot y lago halcón Por Charlotte Le Bon, en los cines el viernes. “Solo cruzo los dedos para poder seguir haciendo las cosas que me apasionan. Realmente es un lujo. En algún momento voy a tener que pagar mi departamento y hacer cosas que no hago”. como por dinero, desafortunadamente!»

Sara Montpetit s’est d’abord fait connaître comme militante environnementaliste, au sein du collectif Pour le futur Mtl. Elle était en cinquième secondaire lorsqu’elle a été inspirée par Greta Thunberg à entreprendre des marches pour le climat, les vendredis. En janvier 2019, ils étaient quelques dizaines à ses côtés. Huit mois plus tard, un demi-million de personnes ont marché derrière Greta Thunberg dans les rues de Montréal.

Si le jeu est une passion pour la jeune comédienne, son engagement environnemental relève davantage du devoir, dit-elle.

L’appel de la création

Sara Montpetit a fait ses premiers pas sur scène au primaire, à l’école Lambert-Closse, dans le quartier du Mile End à Montréal, où elle a grandi avec ses parents et sa sœur cadette. Elle est en quelque sorte une enfant de la balle… ou du ballet. Ses parents sont danseurs et professeurs de tango (sa mère est d’origine argentine).

« J’ai toujours vécu dans la musique, dans la danse. Pour moi, c’est naturel de m’exprimer par la création », dit celle qui a pratiqué le ballet classique – ainsi que le patinage artistique – dès l’âge de 3 ans, et qui a été initiée toute jeune à la cinéphilie. « Mon père, très tôt, m’a fait découvrir plein de films. J’ai vu ceux de Gilles Carle quand j’avais 7 ou 8 ans. J’étais sans doute trop jeune, mais ça m’a vraiment forgée. »

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, ARCHIVES COLLABORATION SPÉCIALE

Sara Montpetit, la révélation de l’année du dernier Gala Québec Cinéma

La comédienne a fréquenté l’école secondaire Robert-Gravel, spécialisée en art dramatique, puis s’est inscrite en théâtre au cégep de Saint-Laurent, avant d’abandonner ses cours pour tourner coup sur coup Maria Chapdelaine et Falcon Lake. Pour le rôle de Maria Chapdelaine, elle a été sélectionnée parmi 1300 candidates. Le film de Sébastien Pilote, présenté en primeur il y a un an au Festival international du film de Toronto, lui a valu d’être nommée la révélation de l’année du Gala Québec Cinéma, en juin dernier.

Sara Montpetit était en plein tournage de Maria Chapdelaine lorsque Charlotte Le Bon l’a choisie parmi quelque 300 jeunes comédiennes – sur la foi d’une vidéo où elle racontait un rêve – pour incarner le personnage de Chloé. Cette adolescente de 16 ans, fascinée par les histoires de fantômes, est elle-même l’objet de fascination d’un jeune Français de 13 ans, Bastien, en vacances au Québec dans un chalet au bord d’un lac.

READ  Mercado de duchas con ahorro de agua, oportunidades y pronóstico para 2028 | Aqualisa, Gainsborough Baths, Aloys F. Dornbracht GmbH & Co. KG

Des craintes dissipées

Sara Montpetit avait quelques craintes lorsqu’elle a lu Une sœur de Bastien Vivès, le roman graphique qui a inspiré le film de Charlotte Le Bon. Elle y a trouvé « des images stéréotypées de la femme, assez crues », a-t-elle dit, lorsque je l’ai rencontrée en mai au Festival de Cannes, où Falcon Lake a été présenté en première mondiale dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs.

« J’ai été rassurée par la lecture du scénario de Charlotte, dit-elle. Le rôle de Chloé avait une profondeur qui, pour moi, n’était pas aussi évidente dans la bande dessinée. J’ai aimé qu’elle soit un peu étrange, qu’on ne comprenne pas tout d’elle, qu’elle ait des contradictions.

[Chloé] Tiene la profundidad que los papeles femeninos en las películas Mayoridad no siempre. A menudo son solo el objeto del deseo, y sus únicas emociones son estar enamoradas del hombre guapo. Tiene más que ofrecer que eso.

sarah monpetit

Cuando lago halcón Elegida en Cannes, Sarah Monpetite estaba preparando audiciones para una escuela de teatro. Me retiré de las pruebas. Era una sugerencia que uno difícilmente podía rechazar. El joven Quebec conoció allí a un cliente, que también representa a Theodore Bellerin, otro antiguo alumno de Robert Gravel, en Francia. ¡En la misma agencia que Isabelle Huppert!, se ríe.

Si luego planea actuar en Francia, su próximo papel será el de una vampira en el primer largometraje de la directora quebequesa Ariane Louis Seize. Primer turno, de nuevo.

En cines el viernes

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.